ScrMerc 49 (2020)

Inhalt

Hans-Joachim Kraschewski: Das Rösten der Erze. Technische Operationen der praktischen Metallurgie im vorindustriellen europäischen Hüttenbetrieb, 5–36

Roasting the ores. Technical operations of practical metallurgy in preindustrial European smelting works – Summary

For the metallurgical extraction of lead and silver from the mined mass ore galena with its relatively low silver content, the process of roasting and the combination of roasting and precipitation work in connection with stamping and smelting processes, practised during the period under consideration, are not yet considered a qualitative leap towards a process of industrialisation. However, it was an operative preform, a technically organised step towards growth by means of controlled factors, such as the effective organisation of operational procedures and the purposeful use of equipment. In order to successfully supply metal markets with utility metals and their alloys from the smelting of ores and metallic intermediate products, smelting plants possessed a solid empirical knowledge of technical production processes on a chemical-physical basis.

L’exploitation des minerais. Opérations techniques pratiques de la métallurgie dans les forges européennes pré-industrielles – Résumé

Dans l’exploitation du plomb et de l’argent extraits des masses de minerai de galène comprenant un taux d’argent relativement faible, le procédé pratique de calcination et de l’ensemble des travaux de brûlage et d’abbattage en combinaison avec la méthode de bocarder et le processus de soufflage, n’était à l’époque pas encore considéré comme un bond en avant dans le procès d’industrialisation. Mais c’était une préforme opérative, un pas technique organisé vers la croissance amenée par des facteurs comme l’ organisation effective des processus de fonctionnement de l’entreprise et de l’utilisation ciblée de l’équipement. Concernant les hauts-fourneaux on possédait de solides connaissances empiriques sur la technique du procédé de production chimique et physique. Grâce à cette technique de transformation des minerais et de produits intermédiaires en métaux utilitaires et leurs alliages, on était en mesure d’approvisionner avec succès le marché de la métallurgie.

Rolf Walter: Pandemien? Für Historiker nichts Neues! Die strukturelle Analogie von Pest, Cholera, Ebola, Corona und anderen Fundamentalzäsuren, 37–64

Pandemics? Old news to historians! Structural analogies between the plague, cholera, ebola, corona and other fundamental caesuras – Summary

All things considered, the plague represented the cruellest and most lasting fundamental caesura in history. In large parts of the infected areas, the limits of human tolerance and resilience were reached and exceeded. The affected societies lived in a state of physical and psychological emergency, turning culture and philanthropy into a rarity never deemed possible.

Basically, the same can be said of other pandemics, even if the overall impact of the current pandemic (mid-2020) cannot as of yet be assessed. The only thing that is clear is that the “digital age” has heretofore never experienced such a catastrophe and that we are dealing with the first pandemic with a truly global impact. This was not the case with the Black Death. We have no knowledge, for that example, of America being ravaged by this 14th-century plague. And this not merely because Columbus did not set foot there until 1492.

This paper attempts to demonstrate the increasing qualitative complexity of viral crises and their suppression compared to “traditional” epidemics. Naturally, each type of epidemic leaves its own identifiable mark on its manifestation. But these are phenomena in context, development and in the dimension of their impact which are obviously indispensable and are certain to occur. History offers a profound lesson in this respect, repeatedly emphasising the fact that a careful retrospective is an excellent key for gaining perspective.

Pandémies ? Rien de nouveau pour les historiens ! L’ analogie structurelle de la peste, du choléra, de l’ Ebola, du Corona et d’ autres événements fondamentaux – Résumé

Globalement la peste représente jusqu’à présent le fléau fondamental le plus cruel et qui a duré le plus longtemps dans l’histoire. Dans la plupart des régions touchées par l’épidémie ce fléau atteint ou dépasse même les limites de tolérance et de souffrance humaine. Les sociétés concernées étant dans un état physique et psychique exceptionnel, feront de la culture et de l’amour entre les humains une rareté jamais imaginée sous cet angle. En fait on peut prétendre la même chose pour toutes autres pandémies, cependant la pandémie actuelle ( mi 2020 ) dans toute sa portée ne nous laisse pour l’instant aucun pouvoir de pronostic.

Une chose est sûre, c’est qu’une catastrophe de ce genre n’a jamais éxisté à l’ère du numérique et que nous devons faire fâce à une pandémie qui bouleverse manifestement le monde entier. Ce n’était pas le cas de la peste noire. On sait par exemple que la peste du 14ème siècle n’a pas fait râge en Amérique, et cela non seulement, parce que Christophe Colombe a mis pieds sur le territoire qu’en 1492.

Ce rapport contribue à attirer l’attention sur la croissance de la complexité qualitative des crises virales et de la lutte contre celles-ci comparée aux « épidémies traditionnelles ». Il est vrai que chaque forme d’épidémie appose à sa divulgation un timbre précis et identifiable. Cependant il éxiste des phénomènes dans l’environnement, concernant l’évolution et le degré de contamination qui de toute évidence sont absolument nécessaires, et qui surviennent incontestablement. A ce sujet l’histoire nous offre une solide connaissance pratique, qui souligne maintes fois, que l’on peut acquérir une excellente perspective grâce à une minutieuse rétrospective.

Ralf Banken: »Zu einem FloozenHandel, sagt man, sind wenigstens 300.000 rt Capital erforderlich« Der Holländerholzhandel im Westdeutschland des 18. Jahrhunderts, 65–104

“The timber rafting trade, so they say, requires a minimum of 300,000 Reichstaler of capital”. Dutch timber trade in West Germany in the 18th century – Summary

The Dutch timber trade between the 17th and 19th centuries has already been the subject of many historical studies. However, with the exception of Dietrich Ebeling’s fundamental study and a mere handful of other publications, the relationship between the development of the capital-intensive timber wholesale trade and its protagonists has escaped the focus of scholars of economic history. This is astonishing, as the raising of enormous sums of up to 600.000 Reichstaler were required for the Dutch timber trade; sums hardly invested in any other commercial enterprise in Germany at that time. Therefore, the focus of this article is the wholesale timber traders of the 18th century. It includes a detailed analysis, on the basis of own archival research and previous studies, of how the timber wholesalers organised their business (corporate strategies, business practices etc.) and what long-term significance their revenue possessed for the economic development of the participating economic regions of West and South-West Germany.

It is thus demonstrated that by about 1750, German timber wholesalers and the Black Forest timber companies had long since ousted their Dutch competitors, acquiring large fortunes. The Dutch timber trade also saw the spreading of capitalist practices (establishment and management of corporations, book keeping, new methods of credit financing etc.), forming an important building block for the further development of the South-West and West German economy. Undoubtedly most important, however, was the emergence of a risk-loving entrepreneurial class with a sufficient capital base and business acumen, which had long since broken away from the “artisanal” notion of self-rafting. Timber wholesalers often also invested assets acquired in the Dutch timber trade in other branches, and these often formed a focal point for the industrialisation of West and South-West Germany after 1815. It can therefore be said that in the 18th century not only did the Dutch timber trade possess an enormous volume, supporting West German economic growth from 1740 onwards, but that it also made a long-term contribution to the structural changes in economy and society in the 19th century.

« Pour exercer le commerce appelé ‹Floozen› on dit qu’il faut posséder au minimum un capital de 300.000 reichsmark ». Le commerce du bois hollandais au 18ème siècle à l’ouest de l’Allemagne – Résumé

Bien que le commerce du bois hollandais à partir du 17ème jusqu’au 19ème siècle fût thème de nombreuses études historiques, l’évolution du commerce du bois à capital intensif concernant les agents commerciaux de la corporation des sciences historiques n’a guère été pris en considération, à l’exception de l’étude élémentaire de Dietrich Ebeling et de quelques autres rares analyses. Ceci est étonnant, car d’énormes sommes , jusqu’à 600.000 reichsthaler, ont été investies pour le commerce du bois hollandais ; des sommes, qui n’avaient été investies dans aucune autre entreprise industrielle et commerciale. C’est pour cette raison que la contribution de cet article se consacre aux marchands de bois grossistes au 18ème siècle et analyse en détails, avec pour appui leurs propres archives et les résultats de recherches connus jusque là, comment ils organisaient leur business (stratégies de l’entreprise, pratiques de gestion commerciales etc. ) et qu’elle influence leur apparition avait à long terme sur le développement économique des régions de l’ouest et du sud de l’Allemagne concernées. On nous montre, que les grossistes en bois allemands et les compagnies de bois de Forêt Noire avaient vers 1750 refoulé depuis longtemps leurs concurrents hollandais et en conséquence avaient fait grande fortune. Tout comme le commerce du bois hollandais, les pratiques capitalistes se répandent ( Création et gestion de sociétés de capitaux, comptabilité, nouvelles méthodes de financement par voie de crédit etc. ), ce qui apporta également un élément constitutif important pour le développement de l’économie du sud-ouest et de l’ouest de l’Allemagne. Mais le plus important était incontestablement la naissance d’une couche d’entrepreneurs qui avait le goût du risque, possédait des connaissances suffisantes du business et qui avait du répondant. Ils s’étaient séparés depuis longtemps du flot artisanal conservatif. Vu que les marchands de bois grossistes investirent leur fortune dans beaucoup d’autres branches d’artisanat et que ceci représentait fréquemment un point de cristallisation pour l’industrialisation de l’ouest et du Sud-ouest de l’Allemagne après 1815, on retient, que le commerce du bois hollandais était non seulement très important au 18ème siècle et un grand soutien pour la croissance économique de l’ouest à partir de 1740, mais contribua également à long terme au changement de structures économique et social au 19ème siècle.

Robert Peters: Vom Weltmarktführer zum Auslaufmodell: Eine systematische Analyse des Niedergangs der Aachener Nadelindustrie in der zweiten Hälfte des 20. Jahrhunderts, 105–150

From world market leader to discontinued model: A systematic analysis of the decline of the Aachen needle industry in the second half of the 20th century – summary

This study examines the decline of the Aachen needle industry in the second half of the 20th century. Within a few decades, the Aachen region lost its world-leading position in regard to the production of needles. This paper examines the change in structural and environmental conditions between 1950 and 1990 for the needle manufacturers located in the region and the reactions of these companies. Why was it not possible to ensure the survival of the industry despite high levels of innovation? This article provides a systematic analysis for the first time.

Du leader mondial du marché au produit de fin de série : Une analyse systématique du déclin de l’industrie d’aiguilles de Aix-la-Chapelle à la fin du 20ème siècle – Résumé

Cet article analyse le déclin de l’industrie d’aiguilles de Aix-la-Chapelle à la fin du 20ème siècle. En l’espace de quelques siècles la région de Aix-la-Chapelle pert sa position de leader mondial de fabricant d’aiguilles. Cet article examine comment les conditions structurelles et d’environnement pour le fabricant d’aiguilles établi dans la région entre 1950 et 1990 se transforment et en conséquence l’attitude correspondante des entreprises. Pourquoi n’a-ton pas réussi à sauvegarder l’existence de la branche malgré une haute innovation ? Cet article nous livre dans en premier temps une analyse systématique.

Rolf Walter: Der fehlende Algorithmus! Qualitativer Wandel und notwendiges Wirtschaftswachstum: Woraus resultiert es? Die Sicht der evolutorischen Wirtschafts- und Sozialgeschichte, 151–180

The missing algorithm! Qualitative change and necessary economic growth: What can it be attributed to? The view of evolutionary economic and social history – Summary

Due to the lack of an algorithm, in reconstructing historical reality, it is advisable to start out paradigmatically from an open process. The first part of this study has shown to what extent cultural studies can rely on socio-biological findings in this course. Above all, the concept of genetical-cultural co-evolution, which envisages imagination and a change in the state space, explicable by learning processes and the generation of novelty, appears particularly suitable for depicting complex historical change. An essential “recommendation” of socio-biology is to choose a space of observation “expansive” enough in scope to “encompass” an implementation of heretofore inconceivable concepts, e.g. visions.

The (inner) forces at work in the case of an alteration of the respective state space was the subject under consideration in the second part of this study. In this case, cognitive creation plays a key role. In particular, the question is to what extent instruments and findings from other disciplines, namely the psychology of creativity, can be used to describe cultural and historical complexity. How is human creativity to be assessed as a historical force? A number of theories that could be useful for the study of history are indicated.

In contrast to the natural sciences, the study of objects in the humanities and cultural sciences requires an examination of the “interior” and the “exterior”. I.e., in addition to observable actions, it is the inner impulses (motives, requirements, ideas) that trigger a certain behaviour. Thus, one of the components making historical studies and those of the humanities in general particularly complex is the need to consider both sides. Hereby, the reconstruction of the “interior”, of ideas and motives is more complicated, sometimes due to the failure of sources. It is above all the “interior” containing those fundamental factors which shapes the polystructural character of history.

The last section deals with the question of how various historians and/or research groups deal with the outlined “key issues”. How do they interpret or perceive the elements that change the state space, that is, if they already have a conception of such components at all. A look at various economic and socio-historical “directions” (critical realism, holocene history, nouvelle histoire etc.) proves fruitful, in the sense of being able to meet the complexity of the object of investigation with a certain variety of creative concepts. Hereby, the evolutionary paradigm can be of considerable service in terms of the integration of different disciplines and achieving spill-over effects between them. The evolutionary paradigm seems to be particularly suitable for an understanding of complex issues and conditions in economic and social history.

L’ Algorithme manquant ! Mutation qualitative et développement économique indispensable : De quoi cela provient il ? Point de vue de l’histoire économique et sociale – Résumé

En raison d’un algorithme manquant, il est recommandé, lors de la reconstruction de la réalité historique, de partir d’une façon paradigmatique du principe d’avoir un procédé non défini. Dans la première partie, nous avons pu constater jusqu’où la science de la culture appliquée peut elle s’appuyer sur des connaissances socio-biologiques. Pour pouvoir représenter des changements historiques complexes, il est approprié de considérer le concept de la co-évolution génétique et culturelle qui implique de l’imagination et des changements de l’espace des états expliqués par des procédés d’apprentissage et par création de nouveauté.

Une des recommandation principale de la biologie sociale est de choisir la zone d’étude la plus vaste pour que la réalisation de l’initialement inconcevable, comme par exemple des visions, puisse être prise en considération. La deuxième partie traite des forces internes qui agissent sur le changement de l’espace des états. La création cognitive va bénéficier d’une position clé. En particulier il s’agit de traiter la question, dans qu’elle mesure des instruments et des résultats provenant d’autres disciplines, entre autre de la psychologie créative, peuvent ils servir à la description d’éléments historiques et culturels complexes. Comment peut on apprécier la créativité humaine en tant que force historique ? Il sera fait référence à certaines théories qui peuvent être utiles à la science de l’histoire.

En opposition aux sciences de la nature, la recherche d’éléments des sciences humaines et de la culture demande une appréciation de «l’intérieur» et de «l’extérieur ». C’est à dire que les agissements observés sont les motivations internes (motifs, besoins, idées) qui déclenchent un certain comportement. Parmi les éléments qui procurent une certaine complexité lors de recherches historiques et des sciences humaines, il s’agit de prendre en compte la nécessité d’appréciation des deux aspects, bien que la reconstitution des éléments »internes«, des idées et des motifs soit plus compliquée et échoue parfois dû au manque de données. Entre autre, les éléments « internes » abritent les facteurs fondamentaux qui marquent le caractère pluri-structurel de l’histoire.

Dans la dernière partie, il sera posé la question comment certains historiens et/ou groupes de recherches éludent les thèmes clé énumérés, et comment ces éléments modifient, interprètent et esquissent l’espace des états, dans la mesure où ces éléments auront été répertoriés préalablement. Il est recommandé d’avoir un regard sur les différentes orientations économiques et sociales ( réalisme critique, histoire holocène, nouvelle histoire, etc. ) pour permettre de reconnaitre la complexité de l’objet de recherche en ayant par là même la diversité de concepts créatifs. Le paradigme développé procure une aide appréciée quant à l’intégration de différentes disciplines ainsi qu’à l’obtention d’effets de débordements parmi ces dernières. Le paradigme développé est particulièrement bien approprié pour prendre en compte des faits et des états complexes afférents à l’histoire économique et sociale.