ScrMerc 46 (2017)

Schwerpunkt: Markt- und Versorgungsstrukturen in der römischen Kaiserzeit

Inhalt

Rolf Walter: 50 Jahre Scripta Mercaturae, 5–6

Rolf Walter: Einführung zum vorliegenden Band, 7–9

Patrick Reinard: Zum marktwirtschaftlichen Verhalten in der römischen Kaiserzeit : Individueller Wirtschaftsraum, Preis(in)transparenz und konstante Marktstrukturen, 11–88

Market-economy behaviour in the age of Imperial Rome: Individual economic space, price (in)transparency and constant market structures – Summary
The economic system of Imperial Rome must be described as a market economy. Observations of price developments and quantities of demands were common, they were standard topics of private letters. There was a high need of economic information and common empirical use of market and price data. The comparison of this economic information was used to earn profit by selling and buying goods on different markets. This behavior lead to a connection and interdependence of local markets. These linked markets show equal economic developments which makes clear that there was to some point an economic transparency. But we should be aware of the fact that people were acting in individual economic zones. The extent of these personal zones was depending on the rank of social connectivity of an individual. So in a personal perspective economic situations are not transparent on the same level. There was a high rank of imperfect knowledge about economic developments but inside their own economic zones people acted market-based.
On the other side we can recognize same constant economic structures like the trade to India, the oil trade from Hispania to Rome, or the trade of goods to military camps. Here the sustainability of a market situation lead to a constant behavior of people, which was motivated by a constant high level of demand. Therefore the establishment of constant market structures also can be described as a market-based development. For local areas we can also recognize that there was an attempt for the establishment of constant structures. The implementations of special market days built up an ongoing economic frame which helped people to increase the economic transparency. Sustainable economic structures generate the chance to reduce the problems of individual economic zones.

Le comportement économique du marché au Haut-Empire romain : espace économique individuel, la transparence ou non des prix et des structures de marché constantes – Resumé
Le système économique de Rome au temps du Haut-Empire romain doit être décrit comme une économie de marché. Observer l’évolution des prix et des quantités des demandes était pratique courante. On parlait des deux comme des thèmes tout à fait courants dans le courrier privé. Il y avait un besoin d’information économique et un usage expérimental prononcé des informations du marché et des prix. On recourait à la comparaison des informations économiques pour acheter ou vendre des marchandises sur divers marchés afin d’entirer profit. Ce comportement conduira à une connexion et une interdépendance de marchés locaux. Ce groupement de marchés montrent les mêmes évolutions économiques, ce qui prouve jusqu’une certain niveau qu’il y a eu une transparence du marché économique. Mais il faut constamment être sensibilisé au fait que les gens restaient actifs dans les zones économiques individuelles. La grandeur de ces zones individuelles dépendait des relations sociales de la personne. De ce fait les situations économiques n’ont pas la même transparence. Il en résulte une grande part d’ignorance sur le développement économique. Toutefois les gens pratiquaient une économie de marché au sein de leurs zones économiques individuelles.
Par ailleurs on peut distinguer des structures économiques constantes comme le commerce indien, le commerce du pétrole de Hispania à Rome ou le transfert de marchandises dans un camp militaire. Dans ces cas, le haut niveau du marché pousse les gens à avoir un niveau constant de leurs activités, comportement motivé par un haut niveau de la demande. Donc La mise en place de structures constantes du marché faisait partie de l’évolution de l’économie de marché. On s’aperçoit également qu’on s’appliquait à implanter des structures de marché constantes dans le domaine local. Un cadre économique durable, qui s’avèrera utile à l’homme en ce qui concerne la transparence économique, fut fixé par l’introduction de jours de marché spécifiques. Grâce aux structures économiques durables on a la chance de réduire le problème de zones économiques individuelles.

Pascal Warnking: Gut gemeint, schlecht gemacht – Wie Septimius Severus eine akute Krise in der Lebensmittelversorgung Roms löste und so eine Systemkrise bewirkte, 89–110

Good intention, bad execution – How Septimius Severus solved an acute crisis in Rome’s food supply, thus causing a systemic crisis – Summary
Due to epidemics, external threats and internal power struggles, Septimius Severus inherited an empire already greatly differing from the realm under the rule of Antoninus Pius. As a result, the food supply to the city of Rome was also in an acute state of crisis. Within a short period of time, Septimius Severus successfully stabilised supplies through state intervention. These measures, however, fundamentally altered the old system: The rapidly increasing role of the state deprived private trade of its long-term means of existence, thus triggering a systemic crisis. Its effects remained perceptible until the end of the Roman Empire. Septimius Severus neither intended nor realised this fact.

Bonne idée, résultat catastrophique. Comment Septimius Severus arrive à résoudre la crise de l’approvisionnement agroalimentaire de Rome et provoque de cette façon une crise imminente du système – Resumé
Septimius Severus pris le pouvoir d’un empire, qui dû à des épidémies, à des menaces du monde externe et à la guerre à l’intérieur du territoire était très différent de l’empire sous Antonius Pius. C’est comme cela que l’approvisionnement agroalimentaire de la ville de Rome fut également touché par une crise imminente. Il est vrai que Septimius Severus arrivera rapidement à stabiliser l’approvisionnement grâce à des aides d’état, mais ces mesures auront pour conséquences de changer fondamentalement l’ancien système. L’état jouera un rôle de plus en plus important et privera à long terme les petits commerçants de leur gagne-pain, ce qui déclenchera une crise du système. Les conséquences ce cette crise se feront ressentir jusqu’à la fin de l’empire romain. Septimius Severus lui n’avait ni prévu cette situation ni vu venir le danger.

Rolf Walter: Brügge, Antwerpen, Amsterdam: Zentralorte der Weltwirtschaft im Rahmen der Proto-Globalisierung, 111–155

Brügge, Antwerp, Amsterdam: Central locations of a global economy in the context of proto-globalisation– Summary
In the course of the Portuguese and Spanish discoveries, the late 15th and 16th centuries saw a gradual integration of regions of the world that were only then becoming acquainted with one-another. On the one hand, this double expansion proceeded along the west coast of Africa, around the Cape of Good Hope and on to Asia, on the other hand west across the Atlantic Ocean to the Caribbean as well as to South, Central and North America. This western expansion resulted in a significant increase in trade between the Mediterranean and the North Atlantic, in the course of which Flemish and Dutch regions experienced significant growth. While it had been Bruges with its connection to the North Sea via Zwin which had gained considerable centrality in the course of the 13th and 14th centuries, in the late 15th and the first two thirds of the 16th century it was Antwerp which advanced to become the agglomeration zone of North-Western Europe. At the end of the 16th, throughout the 17th, as well as into the first half of the 18th century, European world trade once again shifted its focus, this time towards Amsterdam, which, with some justification, became referred to as the “world’s department store”. Already at an early stage, tertiarisation had heralded modernity, accompanied by a veritable boom in the arts and culture in general. This essay attempts to ascertain the key factors of centrality and to identify the real causes for the dynamic growth of the three North-Western European centres of global economy. Hereby, the focus is not only on the analysis of economic conditions, but also on the question to which extent German merchants and merchant bankers participated in the respective rise, persistence and relative decline of the centres of proto-global trade under consideration, before the gradual emergence of London, which would eventually replace Amsterdam in the 18th century as the dominant centre of Western Europe in the context of increasing global integration and convergence. This was due to a whole range of innovative instruments, procedures and institutions that paved the way for the future. The application of institutional theory, in connection with endogenous growth theory as well as spatial economics theory, appeared to be particularly suited for this study.

Bruges, Anvers, Amsterdam : Lieux centraux de l’économie mondiale dans le cadre de la globalisation originelle– Resumé
À la fin du 15ème et du 16ème siècle les croisades de découverte portugaises et espagnoles conduisent à une intégration successive de régions du globe qui venaient à peine de se connaître. Cette double expansion nous mène d’une part le long de la côte ouest de l’Afrique en passant par le Cap de Bonne Espérance à l’est vers l’Asie et d’autre part au-dessus de l’Atlantique vers l’ouest aux Caraïbes de même que vers l’Amérique du sud, l’Amérique centrale et l’Amérique du nord. L’expansion à l’ouest entraînera une nette intensification du trafic commercial entre la méditerranée et l’atlantique du nord. C’est dans ce cadre que les régions flamandes et néerlandaises vécurent une forte expansion. Dû à son raccordement via Zwin à la mer du Nord, Bruges gagnera en importance au cours du 13ème et 14ème siècle, mais c’est Anvers qui deviendra la zone d’agglomération de l’Europe du nord-ouest à la fin du 15ème et moitié du 16ème siècle. À la fin du 16ème ainsi qu’au 17ème et début du 18ème siècle il y aura plusieurs essais de délocalisation de la plateforme du commerce mondial européen vers Amsterdam, celle-ci étant appelée avec une certaine légitimé : « Le magasin du monde ». La Tertiarisation annonce de bonne heure la Moderne et déclenche un véritable Boom dans le monde de l’art et de la culture. Dans l’essai présent on a cherché à faire ressortir les principaux facteurs décisifs et en fait à nommer les raisons pour expliquer la croissance dynamique des trois centres du nord-ouest européen du commerce mondial. Pourtant il ne s’agissait pas ici d’analyser seulement les caractères conditionnels économiques, mais aussi de soulever la question, dans quelle mesure les commerçants allemands ou plutôt marchands-banquiers participaient à la montée en puissance ainsi qu’à la persistance et au déclin relatif des centres du commerce proto-global examinés, avant qu’à la fin du 18ème siècle Londres s’apprêtait petit à petit à prendre la place d’Amsterdam en tant que centrale dominante de l’Europe de l’Ouest dans le cadre de l’augmentation de l’intégration et de la convergence globale. On disposait de tout un paquet d’instruments innovatifs, de dispositifs et d’institutions primordiales afin de tracer la voie du futur. La théorie des institutions en combinaison avec la théorie de croissance endogène et la théorie régionale ont été particulièrement déterminantes pour la recherche.

Jürgen Schreiber: Gebrüder Junghans und Gebrüder Thiel. Zwei Global Player der deutschen Industrie, 157–182

The Junghans brothers and the Thiel brothers. Two German industrial global players – Summary
During the first half of the 20th century, the family businesses Gebrüder Junghans, with its headquarters in Schramberg in the Black Forest, and Gebrüder Thiel in Ruhla in the Thuringian Forest, developed into becoming the largest German watch manufacturers. After their respective foundations in 1861 and 1862, the two businesses gradually turned their attention to watchmaking. After independently achieving a breakthrough in the production of watches based on the American pattern, i. e. by using stamped parts, international sales markets were now targeted. Having initially been active in different segments of watchmaking, large clocks at Junghans and pocket watches at Thiel, respective product ranges in both this and several other areas began moving closer together. As a result, over the years the two companies become increasingly competitive. The comparison of the two corporate structures here reveals several parallels. For the period under consideration of more than a century, it illustrates phases of rivalry and cooperation. This article demonstrates that both the Junghans brothers and the Thiel brothers were a lot closer connected than has previously been acknowledged in research, standing for the German watch industry’s orientation towards the global market, the manufacture of mechanical time fuses and machine tool construction in the 20th century.

Les Frères Junghans und les Frères Thiel. Deux « Global Player » de l’industrie allemande– Resumé
Les entreprises familiales des frères Junghans ayant leur siège social à Schramberg en Forêt noire et des frères Thiel à Ruhla en forêt de Thuringe sont devenues les plus grands fabricants de montres dans la première moitié du 20ème siècle. Après leur fondation dans les années 1861 et 1862 ils se tourneront petit à petit vers la fabrication de montres. Après avoir indépendamment réussi à percer dans la fabrication de montres suivant le modèle américain, c’est-à-dire en employant des pièces prédécoupées, ils arrivent à accéder résolument à des débouchés internationaux. Tout d’abord ils travailleront dans différents segments de fabrication de montres : chez Junghans ce sera les horloges et chez Thiel les montres de poche. Bientôt la diversité des produits commencera à se rapprocher dans ce secteur et dans beaucoup d’autres. C’est pourquoi durant des années les deux entrepreneurs se feront de plus en plus concurrence. La comparaison faite ici entre les structures des deux entreprises fait émerger divers parallèles. Examinée sur une durée de plus d’un siècle elle explique clairement les phases de rivalité et de coopération. Ceci prouve qu’au 20ème siècle les frères Junghans et les frères Thiel coopéraient –et certainement beaucoup plus étroitement que jusqu’à présent précisé dans la littérature – dans l’industrie horlogère allemande orientée vers le marché mondial, dans la fabrication de détonateurs à retardement mécaniques, et dans la construction de machines au 20ème siècle.

Peter Karl Becker / Philipp C. Moosmann: Von der ruralen Notwendigkeit zum urbanen Lifestyle. Historische Formen und aktuelle Entwicklungen einer Sharing Economy am Beispiel der Gartennutzung, 183–214

From rural necessity to urban lifestyle. Garden usage as an example for historical forms and current developments of a sharing economy– Summary
The sharing economy has led to the appearance of urban community gardens. Their aim is not only to guarantee their users self-sufficiency in respect to food, but they are also social areas against an economic and ecological background. However, these community gardens only partially represent a continuation of historical concepts of garden use. Property rights and entitlements to disposal have changed to the effect that, while the joint use of land and property in urban community gardens has not replaced the traditional types of (partially) individual use of the gardens, it is becoming increasingly important as a new type. Additionally, it becomes apparent that these types of urban gardens engender a fundamental change, as the principle of subsidiarity is gradually being superseded by the principle of solidarity, thus achieving a political dimension.

D’une nécessité rurale à un style de vie urbain. Modèles anciens et évolution actuelle d’une économie de partage sur l’exemple de l’exploitation d’un jardin – Resumé
Dans le cadre de la Sharing Economy (l’économie de partage) des jardins collectifs urbains sont mis à disposition des gens. Le but est de garantir aux personnes qui les cultivent de pouvoir subvenir à leur besoin personnel en fruits et légumes. Ces jardins sont aussi plus exactement des espaces sociaux avec un arrière-plan économique et écologique. Pourtant ces jardins collectifs ne sont qu’une reprise des anciens concepts d’exploitation. Les droits de propriété et de disposition ont évolués dans le sens que l’exploitation commune des terrains urbains ne remplace pas les modèles traditionnels, comme celui de l’exploitation individuelle du jardin. Mais ce nouveau modèle est de plus en plus apprécié. De plus grâce à ces modèles d’exploitation, un changement fondamental a lieu, puisqu’en l’occurrence le principe de subsidiarité est petit à petit remplacé par le principe de solidarité et atteint ainsi une dimension politique.